Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


La data science : une science du futur américaine

Publié par Kiergaard sur 25 Juin 2013, 20:22pm

Catégories : #Numérique

Un article de prospective très intéressant de Jean-Paul Basquiat, morceaux choisis :
"Il n'est pas excessif de penser que l'humanité vit depuis quelques mois une révolution technoscientifique qui sera aussi importante que celle de l'atome et de l'espace. Il s'agit de ce que l'on appelle désormais aux Etats-Unis la « science des données » (data science ou big data science) [...], il s'agit d'un phénomène qui a pris toute son ampleur en Amérique et qui renforce considérablement le poids géopolitique de celle-ci dans le monde, en dépit d'une concurrence accrue des autres grands puissances. Il découle de la domination acquise par les Etats-Unis, depuis au moins une trentaine d'années, dans les technologies de l'information entendues au sens large, composants, ordinateurs, réseaux, logiciels – tous domaines rappelons-le où la France des années 70 aurait pu tenter de faire jeu égal avec l'Amérique, compte-tenu de ses compétences initiales, mais qu'elle a laissé péricliter par manque de vision géostratégique.

L'explosion toute récente de la science des données tient nous l'avons vu à l'alliance délibérée de deux forces considérables, l'une militaire et l'autre civile.

[...]

La force des Etats-Unis dans ce domaine tient à la puissance de ses universités et de ses entreprises high tech, dont la Silicon Valley a été longtemps une source quasi exclusive. La Silicon Valley a drainé toute la matière grise mondiale disponible en ces domaines, y compris en provenance de la Chine qui s'efforce actuellement de reprendre son indépendance. Des crédits paraissant aujourd'hui encore illimités (au regard des restrictions budgétaires frappant tous les autres secteurs), permettent de recruter et faire travailler ces experts. Le budget de la NSA, bien que confidentiel, est évalué à 8 ou 10 milliards de dollars par an. Quant aux profits perçus par les entreprises privées du web, et tout de suite réinvestis, ils sont au moins équivalents.

Ainsi s'est instauré un va-et-vient permanent entre la NSA et les entreprises américaines du web. Ce va-et vient concerne autant l'encadrement supérieur que les équipes techniques.

[...]

C'est la construction progressive de cette nouvelle science du data mining et des données qui motive désormais tous ces chercheurs. Toute nouvelle science génère de nouveaux enthousiasmes, comme ce fut le cas il y a quelques décennies dans le nucléaire et le spatial. La science des données apparaît ainsi à la fois comme source de profits abondants et source de connaissances quasi-illimitées sur le monde. Les chercheurs semblent éprouver une foi sans faille en la validité des résultats de leur pratique, même lorsqu'elle s'étend désormais à des thèmes aux bases théoriques encore incertaines, comme le diagnostic génétique appliqué en médecine, en éducation, en criminologie, en sports et dans bien d'autres domaines sociaux.

[...]

Quoiqu'il en soit, l'objectif sera d'abord de collationner avec des méthodes d'intelligence artificielle améliorée les milliards de données brut provenant des sources traditionnelles ou récentes, pages web, recherches effectués à partir des moteurs, signaux émis par de multiples capteurs ou objets intelligents, smartphones, GPS, caméras de surveillance. Il faudra ensuite en tirer de nouveaux faits d'observation et d'expérimentation à partir desquels seront formulées des hypothèses puis des lois. Un nouveau type de « réel », se superposant à celui aujourd'hui connu, deviendra alors matière à exploration théorique pour les nouveaux scientifiques. Chaque science ayant besoin de faits d'observation constamment renouvelés, ce sera sur des faits puisés dans les réseaux numériques que s'appuiera la nouvelle science des données. `

[...]

Si science des données il doit y avoir, ce sera donc dans l'ensemble une science américaine – ressemblant par bien des aspects à une propagande de guerre. Mais qu'importent diront les alliés de l'Amérique. Cette dernière n'a-t-elle pas depuis des décennies pris le contrôle de la plupart des domaines scientifiques, sans guère susciter de réactions du reste du monde. Ceci pour notre bien, évidemment.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents