Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Pendant ce temps en Libye : précarité, insécurité, souveraineté faible, tortures ...

Publié par Kiergaard sur 2 Octobre 2013, 21:04pm

Catégories : #Géopolitique-International

Encore un pays où on fanfaronne quand on fait son petit succès militaire et qu'on marginalise médiatiquement pour ne pas subir les conséquences de ses actes... en laissant les ONG et l'ONU gérer tant bien que mal le suivi.

  • Le rapport de l'ONU :
    - "Il ne faut pas sous-estimer la polarisation politique aiguë qui a régné au cours
    de la période visée et les risques qu’elle comporte dans un contexte marqué par la
    précarité et l’insécurité croissante."
    - "Tandis que le processus constitutionnel commence à prendre forme, je tiens à
    souligner qu’il importe de refuser toute exclusion et de tenir compte des aspirations
    légitimes de l’ensemble des composantes de la société libyenne, y compris les
    femmes, les minorités et les jeunes."
    - "Je suis vivement préoccupé par la lenteur et l’insuffisance des progrès
    s’agissant du transfert vers l’État des personnes qui sont sous la garde des brigades
    armées."
    - "La précarité des conditions de sécurité continue d’être un obstacle à
    la mise en place d’un système judiciaire pleinement opérationnel"
    - "pour que la période de transition se traduise par des résultats concrets pour tous les Libyens, il faudrait qu’ils voient leur quotidien s’améliorer effectivement, en particulier en matière de prestation de services de base au niveau local, y compris dans les domaines de la santé publique, de l’éducation, du logement et des infrastructures, ainsi que sur le plan de la création de nouvelles perspectives d’emploi."
    - "L’instabilité et l’insécurité persistantes en Libye en général et dans les parties
    orientale et méridionale en particulier suscitent une vive préoccupation. Les
    assassinats politiques ciblés, les activités criminelles, les attaques et les menaces
    contre les diplomates continuent d’être un fléau dans tout le pays, y compris à
    Tripoli."

  • (IRIN) :
    "En Libye, plus de deux ans après la révolution, des milliers de personnes sont encore détenues dans des centres de détention administrés par des milices et non pas par l'État, indique un nouveau rapport des Nations Unies présenté au Conseil de sécurité. Selon ce rapport, la persistance des mauvais traitements et de la torture est "inacceptable" [...]"Le rapport estime qu'environ 8 000 personnes sont détenues pour des infractions liées au conflit ; une partie des détenus se trouve dans des établissements relevant de l'autorité « nominale » du ministère de la Justice ou du ministère de la Défense, et le reste est aux mains « de brigades armées qui ne sont nullement affiliées à l'État »."
  • (RIA Novosti) :
    "Le rapport constate que malgré le désir des autorités libyennes de normaliser le système pénitentiaire du pays, les tortures et les mauvais traitements sont monnaie courante dans les prisons libyennes. Selon la MANUL, depuis la fin 2011, au moins 27 personnes sont décédées en détention. Il y a tout lieu de supposer que leur mort ait résulté des blessures occasionnées par des tortures, souligne le document.
    Cet état déplorable du système pénitentiaire libyen s'explique par le fait que tout en restant formellement sous contrôle gouvernemental, de nombreuses prisons sont administrées de facto par des groupes de rebelles armés.
    Selon l'ONU, les prisons libyennes renferment actuellement près de 8.000 personnes arrêtées lors du conflit de 2011. La plupart d'entre elles ne font l'objet d'aucune procédure judiciaire, souligne le rapport
    ."
  • (SlateAfrique)
    "Plusieurs procureurs et juges ont été agressés, un juge de haut rang assassiné devant le palais de Justice de Derna (Cyrénaïque), le 16 juin dernier, et les tribunaux de Syrte et de Benghazi ont été la cible d'attentats le 24 et 28 juillet 2013, énumère le rapport des Nations-unies.

    A l'impasse sécuritaire s'ajoute le blocage constitutionnel qui paralyse le bon fonctionnement du gouvernement libyen. Les discussions sur l'élaboration de la Constitution patinent, ce qui n'arrange pas Tripoli dans ses négociations avec les grandes tribus."

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents