Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Markit : Les anticipations de l'activité globale au plus bas de la période post-crise

Publié par Kiergaard sur 19 Juillet 2013, 17:39pm

Catégories : #Actualité économique et financière

Alors que nos dirigeants européens prient pour une relance de l'activité mondiale et que les dirigeants américains font la leçon, les dernières données de Markit ne vont pas rendre beaucoup de monde optimiste.

Markit : Les anticipations de l'activité globale au plus bas de la période post-crise

Voici les conclusions du chef économiste de Markit :

  • "L'économie mondiale est clairement dans un "soft-patch" (phase difficile, période morose, maussade (au choix) à nouveau, reflétant largement les perspectives sombres aux Etats-Unis et la Chine.
  • "La détérioration de l'optimisme des entreprises aux États-Unis suggère que le rythme de la croissance économique ralentit fortement par rapport à celui observé en début d'année et remet en question la capacité de l'économie de continuer à créer des emplois au rythme observé ces derniers mois. Toutes les anticipations d'une contraction imminente du stimulus de Fed est prématuré sur cette base (ce qui in fine va plaire au marché).
  • "Le Royaume-Uni, en revanche, connaît une période de croissance économique durable qui a l'air de plus en plus solide. Expansion est menée par le secteur des services, où l'optimisme des entreprises a bondi au plus haut depuis fin 2006. Même la production manufacturière voit des perspectives meilleures d'ici deux ans. Les exportateurs bénéficient de la dépréciation de la livre sterling, qui compensent les inquiétudes sur une croissance plus lente dans de nombreux marchés d'exportation clés.
  • La confiance des entreprises reste quant à lui élevé au Japon, après avoir tiré en arrière légèrement lors des débats qui ont suivi le lancement de la politique "Abenomics" au début d'année. Les exportateurs, aidés par la forte dépréciation du yen, sont particulièrement optimistes au sujet des perspectives d'avenir.
  • La zone euro reste un point faible dans l'image globale, mais beaucoup moins que l'année dernière. Cependant, alors qu'il y a des signes d'optimisme en hausse dans la périphérie, notamment en Espagne et en Irlande, l'ambiance en France et en Allemagne reste faible par rapport au début de la reprise, ce qui freinera le rythme global de relance économique pour la région. "

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents