Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Les ravages de l'alcool et de la drogue dans la jeunesse de guerre iraquienne

Publié par Kiergaard sur 17 Juillet 2013, 12:24pm

Catégories : #Géopolitique-International

Via Sott.net


L’éducation, la stabilité et l’emploi ont été tragiquement remplacés par une soumission grandissante à l’alcool et aux drogues, avec la violence, le chômage et la pauvreté qui conduisent à une augmentation dramatique de l’abus d’alcool.

Après avoir nationalisé le pétrole, durant les années quatre-vingt, le gouvernement de Saddam Hussein avait mené des campagnes d’alphabétisation qui avaient fait descendre l’analphabétisme en dessous de 10 % de l’ensemble de la population d’Irak. L’UNESCO avait applaudi le fait que les Irakiens étaient en mesure d’accéder à un enseignement gratuit et d’en sortir avec des qualifications et un emploi.

[...]

Kamel Ali, responsable du Programme de prévention contre la drogue et l’alcool du ministère de la Santé irakien, déclarait en 2007 « la consommation d’alcool en Irak a étonnamment augmenté », avec « chaque jour toujours plus de malades qui recherchent de l’aide, leur addiction commençant à affecter sérieusement leur vie personnelle. »

« L’Irak a l’un des plus mauvais traitements et régimes de suivi des alcooliques au Moyen-Orient », a déclaré Ali, avec une pénurie de personnels qui complique la situation et interdit l’accès des malades à un suivi médical régulier.
[...]
Les drogues sont aussi devenues une alternative au caractère sordide de la pauvreté ; sous les trois premières années de l’occupation par les États-Unis et le Royaume uni, plus de deux millions de personnes « vivaient sous le seuil de pauvreté ». En mai 2005, les Nations-Unies annonçaient que l’Irak allait devenir une station de transit pour une héroïne « fabriquée en Afghanistan et dirigée ensuite vers l’Europe via l’Iran voisin ».
[...]
« Je ne savais pas comment me sortir de cette vie » a dit Abu Teif, « si j’essaie de m’enfuir avec ma famille, ils me retrouveront ». Ses propos font écho aux mêmes craintes qu’ont ceux qui fuient les escadrons de la mort, « j’ai commencé à faire le mal en vendant de la drogue, et maintenant, j’en paie le prix ».

Dans un article de juillet de l’agence d’informations Al-Monitor, le journaliste Adnan Abu Zeed avertit : « Les effets négatifs des drogues illégales en Irak deviennent de plus en plus manifestes » alors que l’Irak « est en train de se transformer en un pays qui exporte des drogues tout en en étant l’un des consommateurs ».

Zeed décrit une situation où partout dans les villes irakiennes, on voit un nombre grossissant de jeunes se défoncer à la drogue, où cette nouvelle génération d’enfants de la guerre trouve un réconfort dans les bras de ces substances.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents