Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Iran - Syrie : Enjeux et risques à l'ONU

Publié par Kiergaard sur 24 Septembre 2013, 13:59pm

Catégories : #Géopolitique-International

  • [J'ajouterais d'autres liens dans la soirée]
  • Les rencontres prévues à l'ONU et en marge de l'ONU entre responsables américains, européens, russes, iraniens, syriens, arabes (etc...) peuvent être interprétées sous 3 angles :
  1. Un angle syrien : L'enjeu est de mesurer la solidité des engagements et la sincérité de tous les acteurs face à l'accord de Genève entre Kerry et Lavrov. La Russie a déclaré espérer une résolution sur la Syrie cette semaine, mais les tensions sont encore très vives pour mettre une pression diplomatique sur le régime syrien via le recours au chapitre VII de la Charte des Nations Unies (pour les occidentaux en tout cas qui ne veulent pas risquer de consacrer une victoire diplomatique totale des russes sur le dossier). Dans tous les cas cette résolution ne devra pas être surinterprétée, le régime syrien a pris des engagements sur le temps long qui devront mis en œuvre par, et sous le contrôle, de l'OIAC (Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques) qui doit prévoir une réunion sur la Syrie sous peu (la dernière réunion a probablement été reportée pour tenir compte de nouveaux éléments qui arriveront cette semaine).
    Au delà de ces éléments diplomatiques, on peut se demander si l'idée d'un cessez-le-feu en Syrie ne pourrait pas faire son chemin avec les futures arrivées des experts internationaux pour le désarmement en Syrie. Néanmoins il est très improbable que cela se passe de manière ordonnée quand on connaît l'hétérogénéité des groupes combattants en Syrie (qui ne sont pas placés sous un commandement intégré et qui sont éparpillés entre de multiples factions).
    On peut également se demander si l'idée d'une grande conférence réussira à percer au vu des dernières déclarations faisant état d'une opposition énorme entre USA et Russie sur le rôle à donner à celle-ci (départ d'Assad ou paix militaire visant à mener à un retour à un processus politique normal en Syrie, partition ?)
    .
  2. Un angle iranien : L'élection de Rohani et sa nouvelle diplomatie suscitent de grandes attentes chez les iraniens. C'est la levée de certaines sanctions internationales qui provoquent une crise économique très forte depuis des années dans le pays qui est attendue. Les 76 millions d'iraniens sont touchés par les sanctions votées pour contrer un supposé enrichissement nucléaire à des fins militaires du régime iranien... Si la nouvelle diplomatie et la réputation de Rohani font prédire à certains une "percée diplomatique de l'Iran", il est encore beaucoup trop tôt pour crier victoire (à supposer même qu'on puisse parler de "victoire" dans des circonstances aussi complexes).
    Le débat va se cristalliser sur la volonté du régime iranien de cesser d'enrichir à un certain niveau son uranium et aux garanties associées à cette volonté. La réponse des états occidentaux, et notamment des USA, à cette volonté et à ses garanties sera également à scruter dans la mesure où l'on jugera qu'elle sera proportionnée, ou non, aux avancées iraniennes.
    Deux autres éléments sont à relever :
    - Chacun des "camps" (peu importe le nombre) cherchera à ne pas perdre la face lors de ces négociations, médiatiquement et politiquement il y a une certaine pression pour qu'il y ait des avancées tangibles, néanmoins le conflit syrien conduit au raidissement de certaines postures idéologiques et ainsi à un durcissement de la diplomatie... Chacun devra être habile pour prétendre avoir rempli son rôle à la fin de ces négociations.
    - Il faut également ne pas perdre de vue que les processus iranien et syrien actuels vont influer pour une bonne part sur des dossiers plus larges qui touchent tout le Moyen-Orient, c'est le 3ème angle.
    .
  3. Un angle qui touche à la géopolitique globale du Moyen-Orient. Ces négociations sont susceptibles d'influer de manière plus ou moins forte sur :
    - Les dynamiques politiques, économiques et sociales en Iran (levée, ou non, de certaines sanctions, reprise en main de la politique du pays par les autorités, comportement du milieu des affaires iranien, vie quotidienne des iraniens...)
    - L'émergence d'un rapport de force nouveau quant au secteur de l'énergie dans la région (sécurisation, ou non, de projets d'infrastructure dans la région entière, ouverture du marché iranien aux investisseurs et surtout aux compagnies énergétiques occidentales en contreparties de la levée de sanctions, question de la préservation plus ou moins importante de la manne pétrolière et gazière au profit de l'Iran suite à une ouverture du marché...)
    - Les rapports de force actuels au Moyen-Orient (Rôle de la Russie, attitude d'Israël, attitude des factions religieuses, attitude face au terrorisme dans la région, stabilisation de la situation en Syrie, poursuite des livraisons d'armes et du soutien militaire aux rebelles syriens qui provoque des tensions, traitement humanitaire des réfugiés syriens et sécurisation des frontières avec l'Irak et le Liban notamment face à cet afflux).
    - Principalement, c'est la dynamique diplomatique pour le Moyen-Orient impulsée dans ces réunions qui sera importante... Derrière les déclarations de principe et les communiqués il faudra déceler les lignes de force qui se dessineront.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents