Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Barrosso s'exprime à l'ONU : le "projet" se dévoile au monde

Publié par Kiergaard sur 16 Avril 2013, 20:47pm

Catégories : #Politique

Un article très court pour souligner quelques éléments de langage qui en disent plus qu'il n'y paraît et auquel il convient de s'attacher, d'autant que ces discours ne sont pas médiatisés (qui a jamais vu un discours de Barrosso ou Van Rompuy).

Discours de José Manuel Barrosso, président de la Commission Européenne à l'Assemblée Générale de l'ONU, le 15 avril : (Source)

"La gouvernance économique à l'âge de l'interdépendance"
(L'interdépendance serait donc un âge, comme l'âge du fer ou l'âge du bronze, une avancée telle qu'elle déterminerait une nouvelle étape de la civilisation).

The genius of European integration was precisely to replace step by step, by concrete achievements and progress, the logic of international power politics by a law-based order; to turn the strict national independence into a European interdependence. This dynamic was present at every phase of the European integration process [...]

 

Qu'on traduira par : Le génie de l'intégration européenne a précisément été de remplacer, pas à pas, par des réalisations et avancées concrètes, la logique de la pression internationale à travers la force par un ordre basé sur le droit pour changer une stricte indépendance nationale en interdépendance européenne. Cette dynamique était présente à chaque phase du processus d'intégration européenne.

- Le terme de "génie" marque très nettement les penchants de l'élite européenne à être incapable d'une autocritique ou d'un semblant de réflexion sur le fond de l'intégration européenne.
- Le droit est conçu comme un moyen au service d'une ambition géniale, rien de plus.
- L'indépendance nationale doit être changée en interdépendance, il faudrait donc parler "d'âge de l'intégration juridiquement forcée car nécessairement géniale".

Time and again practical cooperation has led to political integration; shared problems have led to shared solutions; small steps for Member States have been giant leaps for Europe as a whole.

 

Qu'on traduira par : Des coopérations concrètes maintes fois répétées ont mené à l'intégration politique : Les problèmes partagés ont conduit à des solutions communes; de petits pas pour les États Membres ont été des pas de géant pour l'Europe dans son ensemble.

- On voit très bien la déviation de la méthode des petits pas. Technique indolore de privation de la souveraineté pour être fondue dans un ensemble plus vaste. Des problèmes communs émergent par le biais de l'économie pour justifier une intégration politique. Je ne dis pas que c'est prémédité néanmoins cela sert leurs objectifs.
- Ca me rappelle cette formule employée par le gouverneur de la banque d'Islande dans cet article sur l'expression "death by a thousand cuts" (la manière dont un changement négatif majeur qui se produit lentement par de nombreux paliers dont les ressorts sont invisibles n'est pas perçu comme répréhensible, comme une atteinte) "Creeping Normalcy" (littéralement : normalité rampante, insidieuse...).
Cette formule utilisée bien que ne désignant pas une politique particulière a néanmoins été utilisée par un responsable de banque centrale, quand on sait que cette expression renvoie au lingshi, une torture chinoise qui consiste à entailler et retirer successivement des parties et des membres du condamné avant de lui trancher la tête. L'utilisation d'opium permettait aux bourreaux de maintenir en vie le supplicié plus longtemps.
Il serait aisé de remplacer retirer "parties et des membres" par "souveraineté", "trancher la tête" par réalisation d'une "zone intégrée optimale", "opium" par "grands principes et interdépendance économique" et maintenir en vie par "freiner toute vélléité de réaction"
Ce qui donnerait : Le projet européen consiste à retirer des portions de souveraineté aux états avant la pleine réalisation d'une zone intégrée optimale. L'utilisation de grands principes et de l'interdépendance économique  permettant aux responsables de freiner toute vélléité de réaction. (Je trouve que ça sonne bien personnellement).

[...]Subsidiarity; the idea that a task should be carried out at the level where it can most effectively be realised. Inside the EU if a task can best be completed locally or nationally it should be carried out at that level. However, there is the understanding that in an interdependent Europe even if implementation is best carried out at one level there may be need for better co-ordination and concerted policy making at a higher level. We believe this also applies to a large extent to the global community.


Qu'on traduira par : La subsidiarité, l'idée qu'une tâche doit être réalisée au niveau où elle peut le mieux se réaliser. A l'intérieur de l'UE si une tâche peut être la mieux accomplie  localement ou nationalement elle devrait être effectuée à ce niveau. Cependant, il est évident que, dans un monde interdépendant en Europe, même si la mise en œuvre s'effectue de préférence à un niveau, il peut être nécessaire pour une meilleure politique de coordination et de concertation de prendre la décision à un niveau plus élevé. Nous croyons que cela s'applique également dans une large mesure à la communauté mondiale.

- On a le principe et l'interprétation tendancieuse et opportuniste de celui ci qui traduit la volonté et l'ambition profonde.
- On a la volonté à long terme d'étendre cela à une communauté mondiale et mondialisée... De concentration du pouvoir de décision au niveau symbolique à défaut d'être légitime le plus élevé, à savoir l'élite.







Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents