Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Libye : Le Caïre et Abou Dabi (EAU) auraient mené des frappes aériennes à Tripoli (NYT)

Publié par Kiergaard sur 25 Août 2014, 18:07pm

Catégories : #Géopolitique-International

Alors que la situation politique se complexifie encore avec la formation à venir d'un "gouvernement de salut national" se superposant au gouvernement provisoire, le New York Times, citant quatre responsables américains, révèle que l'Égypte et les Émirats Arabes Unis auraient secrètement mené au moins 2 attaques aériennes contre des positions islamistes à Tripoli. Ces derniers jours, et alors que les combats sont quotidiens à Tripoli entre différentes milices, des attaques aériennes avaient été menées par des avions dont l'origine était douteuse. L'effet de ces attaques aurait été limité, puisque des milices islamistes auraient repris aujourd'hui le contrôle de l'aéroport de Tripoli après plus d'un mois de combats.

Un avion détruit sur le Tarmac de l'aéroport de Tripoli - AP

Un avion détruit sur le Tarmac de l'aéroport de Tripoli - AP

Alors qu'une coalition de milices islamistes ont réussi à reprendre l'aéroport de Tripoli aux forces loyalistes financées par les forces au pouvoir depuis 3 ans en Libye, le New York Times révèle que l'Égypte et les Émirats Arabes Unis ont mené au moins 2 attaques aériennes contre les positions des islamistes. Ces dernières ont été effectuées sans aucune information échangée avec Washington d'après les responsables interrogés par le journal. Elles interviennent alors que se multiplient les appels à une intervention de puissances étrangères en Libye et après que l'ambassadeur du pays en Égypte a déclaré aujourd'hui que le pays n'était probablement pas en mesure de défendre ses champs pétroliers et les actifs détenus par les étrangers dans le pays.

Le journal contextualise les frappes en citant l'alliance de Riyad, du Caïre et d'Abou Dabi pour contrer ce qui est perçu comme une menace islamiste dans les pays ayant connu les révolutions arabes ces dernières années. Cette alliance semble dirigée contre les islamistes financés par le Qatar (comme les Frères Musulmans), cependant des financiers saoudiens sont également impliqués dans de tels financements. 

Les responsables américains se sont dit profondément surpris par ces frappes, qualifiées de "non constructives" et qui pourraient alimenter le conflit et lui donner une portée encore plus vaste alors même que les diplomaties occidentales et l'ONU tentent en coulisses de parvenir à un arrangement diplomatique. Les responsables américains craignent une escalade passant d'un conflit par procuration à une confrontation régionale directe entre les bailleurs des diverses milices. 

On pourra relever que les États-Unis ne sont pas forcément tout blanc dans ce conflit par procuration. Le général Haftar, qui mène la lutte contre les islamistes, ayant par le passé collaboré étroitement avec la CIA. Un ancien responsable de l'ère Kadhafi aurait pointé la responsabilité des États-Unis se basant sur les récentes déclarations des officiels américains appelant à écarter le danger posé par les islamistes. Chacun semble se renvoyer la balle donc. Le scénario le plus probable reste celui de l'aviation d'Abou Dabi en provenance de bases égyptiennes. 

Alors que l'Égypte aurait nié toute implication, les responsables américains pensent que l'aviation émirati a agi à partir de bases stationnées en Égypte. Le New York Times relève que l'aviation des Émirats Arabes Unis est l'une des plus puissantes de la région du fait des moyens et de la formation mis à disposition par les États-Unis. 

Les égyptiens et les forces d'Abou Dabi sont déjà intervenus en Libye à petite échelle (des rumeurs évoquent également de commandos algériens, français et américains également), cependant l'utilisation de frappes aériennes reflète une certaine audace ou une détermination véhémente pour éradiquer "l'Islam politique" souligne le journal. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents