Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


États-Unis : La liste de surveillance des terroristes par les chiffres

Publié par Kiergaard sur 5 Août 2014, 18:14pm

The Intercept a pu avoir accès à un document classifié qui fourni (enfin) des informations fiables concernant le nombre, la provenance, la fréquence d'ajout, de retrait et les fournisseurs de noms pour la Terrorist Screening Database du gouvernement américain, plus connue comme la liste des "terroristes connus ou suspectés". Après avoir détaillé la procédure et le fonctionnement de cette liste il y a quelques semaines, ces nouveaux éléments permettent d'avoir une présentation complète du système de listes terroristes du gouvernement américain. 

Les données compilées par The Intercept proviennt de plusieurs documents classifiés datant de 2013, dont l'un est très synthétique (cf. Article). Ce dernier vise le Terrorist Identities Datamart Environment (TIDE) duquel est mis en exergue la Terrorist Screening Database (TSD) qui en est une version réduite gérée par le FBI. Une personne sur la TSD est nécessairement sur le TIDE.

  • Concernant le nombre de personnes : En août 2013, 1 000 000 de personnes se trouvaient dans la base de données TIDE, sur ce million de personnes, 680 000 se trouvent sur la TSD. 
  • Concernant le nombre d'américains : 20 800 sont inscrits dans le TIDE, parmi ceux-ci, 5 000 sont sur la liste de surveillance TSD. Sur ces 5 000 personnes, 3 300 sont des citoyens américains, 800 sont présumés citoyens américains et 1 100 sont des résidents permanents en situation régulière. 
  • Concernant la ventilation géographique au sein des États-Unis : Un top 5 est établi, New-York, Dearborn (Michigan), Houston, San Diego, Chicago. La présence de Deaborn est relativement surprenante dans la mesure où la ville ne compte que 90 000 habitants. L'article en conclut que la forte proportion d'arabe-américains (plus forte proportion du pays) est à la source de cette situation. Cependant, au vu du relativement "faible" nombre d'américains visés, il suffit de quelques dizaines de personnes pour faire grimper plusieurs échelons. 
  • Concernant la ventilation par sexe : 611 000 personnes sont des hommes, 39 000 des femmes (je ne sais pas pourquoi le total n'est pas équivalent aux 680 000 inscrits (peut-être un doute sur l'utilisation d'une fausse identité). 
  • Concernant la nature des personnes inscrites sur la liste : L'infographie établie par l'article est parlante :
États-Unis : La liste de surveillance des terroristes par les chiffres

On notera bien que 280 000 personnes (en majorité des citoyens étrangers donc) sont inscrites sur cette liste sans lien reconnu avec des organisations terroristes. On peut penser que d'anciens prisonniers ayant été en contact avec certains membres de la liste en Irak ou en Afghanistan aient pu être inclus d'office (hypothèse). 

  • Concernant l'action quotidienne sur la TIDE : 240 "nominations" sont traitées chaque jour. 900 ajouts ou modifications de fichiers sont effectuées chaque jour. 60 fichiers sont supprimés chaque jour. 
  • Concernant le "classement" des agences qui alimentent les listes : La CIA fournit 45% des informations devançant la Defense Intelligence Agency (35%), la NSA (11%) et le FBI (5%).
  • Concernant les informations biométriques : 860 000 fichiers biométriques sont détenus au total, 144 000 personnes sont identifiées par une photo, des empreintes, voire même un scanner de l'iris. Le nombre et la proportion de données biométriques collectées augmentant de manière exponentielle ces dernières années. 

​Parmi les autres informations contenues dans l'article : 

  • Fin 2013, 3 200 personnes étaient inscritent dans la liste au titre de la guerre en Syrie dont 715 européens et canadiens et 41 américains. L'article rappelle que, selon le directeur du Centre National de Contre-terrorisme, 12 000 combattants étrangers seraient présent en Syrie, dont 1 000 occidentaux. Au vu des informations parues récemment sur le nombre de belges ou de français en Syrie, on peut volontairement augmenter ces chiffres de quelques milliers. 
  • Une responsable de l'ACLU ose la comparaison avec Minority Report en ce qu'être en relation, proche ou relativement éloignée avec la mauvaise personne mène les renseignements à s'intéresser de plus près à vos informations biométriques etc...
  • Un programme secret de la CIA, dénommé "Hydra", vise à "acquérir clandestinement" des informations détenues par des gouvernements étrangers pour améliorer la qualité des informations des bases. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents