Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Partenariat UE-Japon : Une clause liée aux droits de l'homme source de blocages ?

Publié par Kiergaard sur 6 Mai 2014, 11:40am

Catégories : #Actualité économique et financière, #Géopolitique-International

Partenariat UE-Japon : Une clause liée aux droits de l'homme source de blocages ?

Au lendemain de la visite de Shinzo Abe en France, la presse nippone, citant des sources bien informées, révèle que l'Union Européenne insiste pour qu'une clause concernant les droits de l'homme soit intégrée à l'accord de partenariat stratégique UE-Japon (SPA). En cas de non-respect, cette clause pourrait conduire à une suspension de l'accord de partenariat économique négocié entre l'UE et le Japon (EPA). Le Japon refuserait catégoriquement une telle démarche, qui serait justifiée par un intérêt tout autre que le respect des droits de l'homme au Japon.

 

Source : "EU demands human rights clause linked to economic partnership agreement with Japan" (The Japan Times).

 

  • Les négociations sur ces deux accords se font en parallèle et il semblerait que l'un des blocages principaux tiennent à la volonté de l'UE d'autoriser une suspension de l'accord économique en cas de non-respect de la clause concernant les droits de l'homme qu'elle veut inscrire dans le SPA. 
  • Cette méthode est courante quand l'UE négocie avec des pays en développement, mais elle ne l'est pas quand elle négocie avec des états développés ce que le Japon ne se prive pas de souligner aux négociateurs européens. "Dans son accord de libre-échange avec les États-Unis, l'UE n'appelle pas à la conclusion d'un pacte politique comme le SPA" écrit le Japan Times.
  • Après les démentis d'un diplomate européen, l'article souligne que 2 raisons principales peuvent justifier de telles exigences (directes ou indirectes)
    - Exercer une pression tacite sur le Japon concernant la peine de mort.
    - Plus intéressant, l'article avance qu'il serait plus aisé de demander ultérieurement à la Chine de conclure un tel pacte politique si le Japon acceptait une telle clause. 
  • Le Japon soulève des considérations juridiques, tenant à la légalité d'une telle liaison entre deux accords, et politiques à l'appui de son refus. Selon les négociateurs nippons, une telle exigence serait susceptible de faire naître des oppositions au Parlement. 

 

Concernant la visite de Shinzo Abe, je renvoie à cet article du Monde paru hier.

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents