Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Les prévisions économiques de printemps de la Commission Européenne

Publié par Kiergaard sur 5 Mai 2014, 10:27am

Catégories : #Actualité économique et financière

La Direction Générale des Affaires Économiques et Financières de la Commission Européenne vient de rendre publiques ses prévisions économiques pour 2014 et 2015 pour les pays de l'Union Européenne, mais également la Suisse, la Norvège, les USA, le Japon, la Russie, la Chine et les pays candidats à l'entrée dans l'UE.

J'avais déjà "commenté" la partie du rapport de printemps de l'an dernier de manière plus critique par rapport à la France. Je renvoie à la traduction française réalisée dans l'article ci-dessus pour cerner un modèle d'analyse par pays (le traitement n'a guère changé). Je souhaite faire une brève introduction au rapport pour éviter quelques confusions.

- La partie la plus importante est sans doute la première en ce qu'elle offre les clefs de lecture de la Commission Européenne pour l'interprétation de ses prévisions, déclinées ensuite par pays. L'environnement économique de l'Europe, des marchés financiers, l'environnement externes sont "analysés", puis nuancés des "risques" potentiels.
- Les prévisions globales des indicateurs macroéconomiques les plus "importants" sont synthétisées dans ce tableau :

Les prévisions économiques de printemps de la Commission Européenne

- Il faut préciser que les prévisions valent ce qu'elles valent (en général pas grand chose). D'autant plus qu'elles sont construites, "sous l'hypothèse de politiques inchangées". Il n'est pas inutile de préciser qu'elles ne tiennent pas compte des Programmes Nationaux de Réforme et autres Programmes de Stabilité envoyés par les états-membres courant avril (qui valent eux aussi ce qu'ils valent...)

- Ainsi, elles ne peuvent même pas être considérées comme des objectifs... On dira qu'elles sont une estimation assez fiable de l'évolution des indicateurs économiques à politiques inchangées dans un contexte construit comme prenant en compte certaines tendances sous réserve que celles-ci se poursuivent en prenant en compte (ou non) certains risques. Pas tellement la réalité quoi... Quelques tendances tout au plus...
- La volonté de donner des indicateurs plutôt que des fourchettes donne une très grande marge de manœuvre à la Commission pour "choisir" ses prévisions et souligner certains aspects ou mettre en lumière certains éléments.

- Il ne faut pas oublier que ces prévisions s'inscrivent dans le cadre d'un calendrier bien précis. Après ces prévisions vont suivre au cours du mois de novembre, l'opinion de la Commission Européenne sur les projets de budget nationaux (dans le cadre du "two-pack") qui conduira à une réponse des gouvernements nationaux. D'autres publications vont venir, début juin la Commission Européenne rendra ses avis sur les Programmes de Stabilité et les Programmes Nationaux de Réforme. Pour la France voir le PNR et le Programme de Stabilité.

Ces éléments en tête permettent de lire avec une plus grande objectivité et un plus grand recul les données de la Commission qui vont faire l'objet d'un très gros débat (ou pas), comme l'on peut s'en douter...

En bonus, voici quelques-unes des prévisions pour plusieurs pays (synthétisées en une ligne de langage bruxellois = sommaire)

Danemark : Premiers signes de reprise.

Allemagne : Une expansion dynamique axée sur la demande intérieure.

Irlande : Stabilisation financière et amélioration du marché du travail soutienne la reprise.

Grèce : Les signes de reprise se renforcent. (on a eu l'occasion de le mettre en doute)

Espagne : Retour des créations d'emplois alors que la reprise s'affirme.

France : La reprise prend lentement forme tirée par la demande intérieure. 

Italie : Les exportations et les investissement en équipement soutiennent une lente reprise.

Chypre : La récession arrive à sa fin alors que l'économie se rééquilibre.

Pays-Bas : Économie sur la pente ascendante après une longue récession.

Portugal : Une croissance plus forte s'amorce après une réforme structurelle profonde (plus on tombe plus on remonte vite (pendant un petit moment)).  

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents