Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


European Payment Index 2014 : Derrière la pseudo reprise, la dure réalité de la microéconomie

Publié par Kiergaard sur 12 Mai 2014, 20:39pm

Catégories : #Actualité économique et financière

Selon la récente étude réalisée par Intrum Justitia, la principale entreprise européenne de Credit Management Services, les entreprises européennes subissent des pressions de plus en plus fortes par suite de problèmes de liquidités. L'indice européen des paiements 2014 (EPI 2014) établi par Intrum Justitia continue à montrer que les créances passées par pertes et profits en Europe s'élèvent désormais au chiffre incroyable de 360 milliards d'euros.

 

Le rapport peut être télécharger sur cette page.

Pour en savoir plus sur l'indice européen des paiements 2014. (10 000 entreprises sondées, 94% de TPE et PME).

 

Parmi les chiffres clés : 

  • 55% des entreprises sondées indiques souffrir de factures payées tardivement.
  • Le total des créances impayées en Europe a continué à progresser, de 3,0 à 3,1% (soit 360 milliards d'euros)
  • 46% des entreprises anticipent une hausse des risques de paiement.
  • 50% regrettent de ne pas pouvoir réaliser de la croissance organique.
  • 40% n'envisagent pas de créer de nouveaux emplois en raison du manque de liquidités, conséquence directe du poste créances douteuses.
  • 72% signalent n'avoir ressenti aucun signe d'une éventuelle reprise économique (contre 19% qui en ont ressenti). 
  • Parmi les raisons citées pour expliquer les retards de paiement, 90% des répondants répondent d'abord les difficultés de financement des clients, puis les retards de paiement intentionnels (65%), l'inefficacité administrative quant à la rapidité du suivi des impayés (51%) et enfin les litiges commerciaux (30%)
  • 18% des entreprises considèrent que l'Europe n'est plus un lieu de prédilection pour développer ses activités.
  • 50% des entreprises (contre 45%) en 2013 se sentent moins confiantes pour obtenir le soutien financier dont elles ont besoin auprès de leur banque.
  • Par rapport à 2013, toutes les conséquences néfastes des retards de paiements (manque de liquidité, entrave à la croissance, risque de défaillance...) sont anticipées de manière plus négatives qu'en 2013 (c'est à dire que plus de répondants en moyenne estiment que la conséquence de ces retards de paiement aura un impact moyen ou élevé).

 

« Les retards de paiement ou les créances impayées accélèrent dans les entreprises les réactions en chaîne qui peuvent aboutir à des mesures de grande envergure en cas de problèmes de liquidités. Les plus touchées sont les petites et moyennes entreprises (PME), c'est-à-dire celles qui sont responsables de l'essentiel de la croissance », déclare Thomas Hutter, Managing Director d'Intrum Justitia Suisse. (OTS)

 

  • Le rapport débute par un avant-propos des plus pessimistes

"Le redressement économique de l’Europe est extrêmement lent et douloureux. Comme le révèle notre dernière enquête approfondie sur les comportements de paiement et le climat des affaires en Europe, la récession continue d’avoir un impact catastrophique sur l’activité des entreprises

Les pertes sur créances irrécouvrables déclarées par plus de 10 000 décideurs économiques ayant répondu à l’enquête European Payment Index 2014 (EPI) menée par Intrum Justitia, ont atteint le montant record de 360 milliards d’euros ! La plupart des répondants l’ont précisé : les conséquences des retards de paiement pour les entreprises constituent une véritable menace pour la compétitivité de l’Europe et sa bonne santé économique et sociale

Rejetant la médiatisation autour d’une pseudo reprise économique, 72 % des répondants ont indiqué n’avoir constaté aucune amélioration au cours des trois derniers mois et 46% d’entre eux prévoient une aggravation du risque d’impayés et un allongement des délais de paiement. L’avenir des 26,2 millions de chômeurs européens semble tout aussi sombre. 

En raison des retards de paiement, 40% des répondants n’ont pas l’intention d’embaucher de nouveaux salariés et 26% affirment avoir été contraints à se séparer de collaborateurs. Étant donnée la situation, nombreux sont ceux au sein de la communauté européenne qui doivent se demander à quand le retour à la normale 

Des signes d’espoir se profilent pourtant. La dernière enquête EPI d’Intrum souligne clairement le rôle déterminant que jouent les outils de gestion du crédit au niveau microéconomique dans la réduction des risques de pertes sur créances irrécouvrables, dans le renforcement de la solidité des entreprises et, enfin, dans la contribution à la reprise économique européenne. Notre dernière enquête révèle que de plus en plus d’acteurs disposent désormais de processus de gestion du crédit, ce qui contribue à renforcer la confiance des entreprises, l’investissement dans l’avenir et le bien-être des citoyens européens. 

Remettre l’Europe sur les rails signifie passer d’une gestion de crise vers la reconstruction de notre avenir, en pensant différemment et en redoublant d’efforts afin de concrétiser le rêve de la Commission européenne d’une stabilité financière, d’une prospérité économique et d’un bien-être social durables."

European Payment Index 2014 : Derrière la pseudo reprise, la dure réalité de la microéconomie

Voici la fiche pays de la France avec quelques explications. 

European Payment Index 2014 : Derrière la pseudo reprise, la dure réalité de la microéconomie
European Payment Index 2014 : Derrière la pseudo reprise, la dure réalité de la microéconomie

Dure réalité de la microéconomie...

 

Le rapport se conclut sur 10 recommandations pour améliorer les performances de son entreprise : 

 

1. Créez, développez de manière continue et mettez en oeuvre une politique de crédit
solide et équilibrée pour gérer vos risques et votre croissance.
2. Mesurez et effectuez un suivi de votre besoin en fonds de roulement afin de réduire le
coût du capital.
3 Assurez-vous de bien connaître les clients avec qui vous faites affaire.
4. Passez des contrats clairs avec vos clients, indiquant vos conditions générales de vente.
5. Intégrez les services vente, marketing et finances et mettez en place un processus de
facturation efficace.
6. Tenez-vous à jour des informations économiques et relatives à votre secteur, y compris de
la solvabilité de vos plus grands clients, et vérifiez régulièrement les adresses de vos clients.
7. Fidélisez vos clients et renforcez vos relations commerciales en adaptant votre processus
de crédit en fonction des habitudes de paiement et de la solvabilité.
8. Accélérez et densifiez les relances, et facturez les intérêts de retard lorsque cela est possible.
9. Équilibrez la structure de votre clientèle en fonction du risque et du potentiel de
croissance.
10. Ne tardez pas et agissez immédiatement pour vous faire payer.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents