Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Realpolitik : En Ukraine, les dirigeants passent, les oligarques restent

Publié par Kiergaard sur 1 Mars 2014, 23:29pm

Catégories : #Géopolitique-International

Realpolitik : En Ukraine, les dirigeants passent, les oligarques restent

Les médias ukrainiens (en l'occurrence Pravda ou Galnet : art1 - art2 ) rapportent que pour stabiliser la situation à l'Est et au Sud de l'Ukraine, le pouvoir central aurait acté la nomination de plusieurs oligarques "locaux" comme gouverneurs des oblasts* ou chef des administrations locales de l'Est et du Sud les plus troublés.

*collectivités territoriales.

Mise à jour : Au total ce sont 18 gouverneurs ou responsables d'administration régionales (sur 24) qui ont été remplacés ces derniers jours. Je renvoie à mon flux dédié sur l'Ukraine pour les noms (quand j'ai pu les traduire...). La liste complète est disponible (en ukrainien) ici.

Pourquoi nommer dans les zones troublés de l'est et du sud des oligarques quand on a été porté au pouvoir par une révolution qui voulait principalement dénoncer ce système et la corruption ? La réponse est très certainement la suivante : Realpolitik.

Si l'on se fie aux informations communiquées dans les médias, l'objectif est d'intéresser les oligarques à la défense de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, tout en leur permettant de mobiliser plus efficacement leurs vastes moyens financiers à cette fin. Les oligarques ne souhaitant absolument pas voir leurs affaires perturbées par la situation. C'est l'occasion de mettre en lumière quelques jolis retournements de vestes. De plus il faut bien les remercier d'avoir lâché (ou refusé de soutenir) Ianoukovitch.

Après des consultations téléphoniques menées avec les oligarques par Timochenko [dont il se dit qu'elle aurait ensuite rencontré la délégation française, ou BHL serait présent], Tourchinov et Iatseniouk (notamment), il a été décidé de :

  • Dans l'oblast de Donestk, Sergueï Taruta aurait accepté de devenir gouverneur. C'est l’un des propriétaires de l’Union industrielle du Donbass (ISD) qui est le troisième groupe financier et industriel en Ukraine (du moins il l'était en 2007). Magnat de l'acier en Ukraine, c'est l'actionnaire principal (à travers son entreprise) des chantiers navals de Gdansk. Bien qu'il ait fait appel au Trésor Ukrainien pour "sauver" l'activité du site, "le gouvernement polonais a accusé Taruta de ponctionner des fonds de l’entreprise de Gdansk pour les rapatrier en Ukraine". Qualifié en 2007, de "pro-européen, proche du président Iouchtchenko" (source), puis de proche de Ianoukovitch et pro-russe en 2010 (source) et enfin l'un de ceux qui a lâché Ianoukovitch (source), il finira donc gouverneur de l'oblast de Donestk... Première mesure, appeler les citoyens, les politiques et les milieux d'affaires à défendre l'intégrité de l'Ukraine (source). Sa fortune est estimée à 3 milliards de dollars. (Le poste aurait également été proposé à Rinat Akhmetov, qui est juste l'homme le plus riche d'Ukraine, le retrait de son soutien à Ianoukovitch aurait été déterminant, il est toujours susceptible d'être nommé ou d'hériter d'un autre poste).
     
  • Igor Kolomoisky, philantrope et homme d'affaires (principal actionnaire de PrivatGroup notamment) aurait accepté le poste de chef de l'administration publique régionale de Dnipropetrovsk. Présenté successivement comme soutien de Iouchtchenko (en 2007) puis de Timochenko (jusqu'à 2010), puis du parti politique de Klitschko, l'UDAR (rumeurs). Il a ensuite été le cofondateur du Parlement Juif Européen en 2011 (qu'il préside depuis - la création en a été plutôt trouble...). [Au moins les russes ne le soupçonneront pas d'être soutenu par des néo-nazis, blague à part, certains dans les rangs nationalistes pourraient mal accepter le fait de nommer un oligarque de confession juive]. Sa fortune est estimée à 2 milliards de dollars environ.
     
  • Vadim Novinski (wiki) pourrait être nommé pour la Crimée (source). Sa fortune est estimée à 2 milliards de dollars. Son argent a bien servi puisqu'il a été élu député d'une circonscription de Sébastopol en 2013 (53% des voix - 24% de participation) (en tant que candidat indépendant mais il avait annoncé qu'il rejoindrait le Parti des Régions, ce qu'il a fait. Je ne sais pas s'il a démissionné entre temps). Russe, il avait été naturalisé à titre exceptionnel par Ianoukovitch en 2012. Selon lui, au vu des contacts qu'il a eu l'escalade des conflits à Maïdan est liée à une "troisième force" dans laquelle l'opposition et le gouvernement n'aurait pu avoir qu'une modeste influence (il pointe le fait qu'à chaque conclusion d'un accord la tension escaladait à nouveau en février, mais aussi en janvier). Il s'est prononcé pour le respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et a affirmé que Sébastopol faisait partie intégrante de l'Ukraine.
     
  • La direction de l'administration de l'oblast de Kharkiv pourrait revenir à Oleksandr Yaroslavsky, l'ancien président du Metalist Kharkiv, qui a vendu le club au fils de Ianoukovitch (sous la pression, paraît-il) l'été dernier. Très apprécié des supporters du club.
     
  • C'est l'ancien militaire et responsable des autorités en charge des situations d'urgence à Luhansk puis au niveau central, Mikhail Bolotskih, qui serait nommé dans dans l'oblast de Luhansk (le plus à l'est de l'Ukraine).

 

J'actualiserai tout cela demain. Les nominations devraient être officialisées. Il semblerait que les oligarques aient décidé temporairement de se ranger du côté du gouvernement central. Dans tous les cas, au vu de la faiblesse de celui-ci et des tensions dans le pays, ils auront les mains plus libres que jamais. Ils y étaient préparés.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents