Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Grèce : Les inconnues du vote parlementaire sur l'accord avec la Troïka

Publié par Kiergaard sur 26 Mars 2014, 10:52am

Catégories : #Actualité économique et financière

Grèce : Les inconnues du vote parlementaire sur l'accord avec la Troïka

Alors que le gouvernement souhaite déposer un projet de loi au Parlement grec "d'ici à la fin de semaine", plusieurs dispositions (sur celles qui sont connues) suscitent des controverses jusque dans les rangs de la majorité. Sont notamment en cause les dispositions relatives à la libéralisation du secteur laitier et du secteur pharmaceutique.

 

  • Dans le secteur pharmaceutique, le gouvernement va être confronté à une grève illimité des pharmaciens dès ce mercredi. L'Association des Pharmaciens Grecs reproche au gouvernement des changements de dernière minute dans le projet de loi, ce dernier rétorque qu'il a refusé une demande de la Troïka de réduire la marge de profit des pharmaciens à 15% (je ne connais pas la marge de profit actuelle mais on peut supposer qu'elle se situe au delà de 20%). Le porte-parole des 12 000 pharmaciens grecs a déclaré qu'ils refuseraient "d'aller comme des agneaux à l'abattoir" et que les gens pourraient aller au ministère du Développement pour obtenir des médicaments auprès des ministres.
     
  • Dans le secteur laitier, la situation est plus grave encore. La filière du lait est un secteur de base très important pour l'économie grecque, tant et si bien que la Grèce a introduit des mesures permettant de ne qualifier de "lait frais" que le lait qui daterait de 5 jours, ou moins (la Grèce a également le prix d'achat du lait au litre au producteur le plus élevé au litre). La Troïka souhaite faire sauter cette mesure qui restreint les échanges et qui renchérirait les importations de lait étranger. La Troïka a exigé que la dénomination "lait frais" soit étendu au lait jusqu'à 11 jours. On peut clairement comprendre la colère des représentants du secteur laitier qui n'ont pas grand chose à gagner. Cette colère a été relayé par de nombreux députés, y compris de la majorité. Trois députés du PASOK et de Nouvelle Démocratie auraient émis de fortes réserves. "La production de base du pays est une grosse affaire", "je ne peux pas comprendre ceux qui affirment que ce n'est pas important", "Je regrette le jour où j'ai décidé de soutenir ce gouvernement, si le leader du Pasok veut m'exclure, ce serait une faveur" sont des déclarations qui ont été faites. La marge de manoeuvre du gouvernement est faible. Pour aboutir à un accord, il va falloir une inventivité juridique assez importante (qui devient de plus en plus grotesque au fil du temps). Le gouvernement a proposé que les producteurs laitiers puissent accéder plus facilement à des fonds européens, il a également proposé de créer une nouvelle catégorie de lait frais (inférieur à 3 jours) qui serait réservé aux fermes grecques... On aurait donc du lait "super-frais" grec et du lait grec ou importé frais... Pas sûr que cela suffise à calmer les esprits... Ce ne sont pas les 100 millions d'euros dégagés du surplus grec de l'an dernier qui seront ventilés entre sans-abri, militaires, policiers, pompiers et non-assurés qui feront une grande différence.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents