Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Allô docteur ! Enseignements du sondage European Pulse (Ipsos MORI)

Publié par Kiergaard sur 18 Mars 2014, 18:24pm

Catégories : #Politique

L'institut Ipsos MORI a rendu publique une enquête intitulée "European Pulse" menée à travers 10 états européens* sur l'état de l'opinion publique vis à vis de l'influence et des apports de l'Union Européenne. Derrière le sentiment de déception et la perception négative de l'action de l'UE, on peut identifier une polarisation nette entre ceux qui veulent réduire les pouvoirs de l'UE ou quitter l'UE et ceux qui veulent avancer vers un gouvernement unique ou renforcer les pouvoirs de l'UE (le rapport de force est en faveur des premiers).

 

* France, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Belgique, Hongrie, Italie, Espagne, Pays Bas, Suède.

 

Communiqué de Presse

Infographie (qui ne reprend pas tous les éléments)

Tous les graphiques

 

N.B : Je considère que dans le cadre de ces sondages, l'UE renvoie dans l'esprit de beaucoup de personnes à l'idée de "niveau européen", indépendamment de la méthode communautaire ou intergouvernementale (le plus souvent c'est de toute manière un mélange entre les deux méthodes)

Parmi les enseignements (je renvoie aux graphiques notamment) :

  • 68% des sondés estiment que les choses dans l'UE vont dans la mauvaise direction (fourchette entre 61 et 77%)
  • Dans tous les domaines économiques, législatifs ou de la vie de tous les jours il y a une majorité de sondés qui reconnaissent l'influence quantitative plutôt ou très important de l'UE.
  • Quand on passe à une analyse qualitative de l'influence de l'UE c'est la catastrophe. L'impact de l'UE sur l'économie, l'emploi, les finances du gouvernement, le bien-être, la politique migratoire, les décisions du pays, sur l'agriculture, sur les lois et la réglementation etc... est jugée négativement par une marge souvent supérieure à 60% (Attention d'ailleurs, il y a une erreur concernant l'impact sur l'emploi, il y a une inversion du positif et du négatif, il faut lire 61% d'opinions négatives et 39% de positives)
  • Même si nous sommes dans une période de crise, l'UE n'arrive même pas à convaincre que le niveau de vie serait pire sans elle :

 

 

Allô docteur ! Enseignements du sondage European Pulse (Ipsos MORI)
  • Il y a une polarisation eu égard au ressenti de l'échantillon sur l'influence quantitative et qualitative de l'UE sur la vie de tous les jours 59% "seulement" pensent que l'UE a une influence plutôt ou très importante sur la question. Et 57% pensent que qualitativement cette influence est plutôt négative...
  • Concernant le futur de l'UE : "La politique à long terme de votre pays devrait être de..." : + un document extrait d'un sondage BVA pour le Commissariat Général à la Prospective pour la France qui illustre bien la chose. 
Allô docteur ! Enseignements du sondage European Pulse (Ipsos MORI)
Allô docteur ! Enseignements du sondage European Pulse (Ipsos MORI)

On note une polarisation très forte entre ceux pour qui on est allé trop loin (de manière plus ou moins réversible) et ceux qui veulent aller plus loin (selon la modalité du renforcement ou de l'approfondissement "fédéral" (puisqu'on évoque un gouvernement). Le vrai clivage est là.

  • Entre 28% (Hongrie) et 60% (Suède) des sondés pensent que les élections européennes dans leur pays sera remportée par les partis "anti-européens" (ce n'est pas une intention de vote et je trouve la question mal posée).
  • Une majorité (57%) des sondés pensent que l'UE donne un avantage injuste aux pays riches par rapport aux pays pauvres. La question reste néanmoins assez ambigue pour être pleinement parlante je trouve.
Allô docteur ! Enseignements du sondage European Pulse (Ipsos MORI)

Conclusion : Clivage entre partisans d'une rationalisation des compétences de l'UE ou d'une sortie de l'UE d'une part et partisans d'un gouvernement fédéral ou d'un approfondissement, hétérogénéité entre les divers opinions publiques des états européens, perception négative de l'action de l'UE. Autant d'éléments qui devraient être pris en compte d'une manière beaucoup moins idéologique par les autorités européennes. 22 ans après sa naissance (traité de Maastricht), l'UE ne convainc toujours pas, s'il y a jamais eu un enchantement alors il y aurait un désenchantement, mais...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents