Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Default-Index 2014 (CEP) : Danger pour la Finlande et la Belgique ? La Grèce au fond du gouffre

Publié par Kiergaard sur 24 Février 2014, 20:49pm

Catégories : #Actualité économique et financière

Le Centrum für Europäische Politik (Centre pour la Politique Européenne), think tank de la fondation Stiftung Ordnungspolitik* pour les affaires européennes vient de publier les résultats de son Cep Default-Index 2014.
* [tendance : ordolibéralisme issu de l'école de Fribourg - pour plus de détails sur l'ordolibéralisme et d'autres points je renvoie au blog du professeur François Bilger (décédé en 2010)]

 

Bien que ce think-tank ne dispose pas du monopole de la pensée allemande en économie politique, son influence sur les milieux conservateurs est très improtants. Ses publications permettent donc de cerner (éventuellement d'ancitiper et de répondre aux) les choix de politique économique portés par les responsables allemands. (On le voit très nettement sur certains rapports par exemple, la condamnation du manque de fermeté des responsables européens quant aux engagements contraignants etc...)

 

[Je précise d'avance que je reprendrais l'article quand la version anglaise du rapport sera sortie (début mars)]

Rapport 2012 (en anglais)

Rapport 2014 (en allemand) (Pays "à problèmes" - Autres pays - Annexe - Tableau synthétique)

L'objectif de cet indicateur est de "mesurer la capacité d'un état à rembourser les emprunts étrangers et donc l'évolution de sa cote de crédit" (sa solvabilité). C'est un indicateur des flux et non des stocks
L'index évalue le besoin ou la capacité de financement de l'économie, ce qui reflète les besoins de crédits étrangers pour une économie (1) et les ressources utilisées pour augmenter le stock de capital physique, c'est à dire la capacité d'augmenter la formation de capital (2)

En bref : Un besoin de financement (indicateur 1 négatif) se traduit généralement à travers un déficit de la balance courante qui signale un manque de compétitivité (c'est un surplus d'import de marchandises financés par des crédits étrangers).

Quatre catégories sont définies qu'on peut synthétiser dans ce schéma : 1° Solvabilité s'améliorant // 2° Tendance incertaine sur la solvabilité // 3° Solvabilité en baisse // 4° Baisse de la solvabilité clairement établie.

[Je renvoie à la version anglaise pour plus détails - section 4 pour la méthodologie, la justification des indicateurs et les limitations]

 

Default-Index 2014 (CEP) : Danger pour la Finlande et la Belgique ? La Grèce au fond du gouffre

Le classement des états est résumé dans ce tableau : Les tendances sont importantes, voir les autres documents. On note ainsi une "baisse" de la solvabilité de la Belgique, de la Finlande (voir cet article de Bloomberg pour la Finlande), mais également des États-Unis (depuis quelques années). On peut souligner également que la France reste depuis un moment dans la catégorie incertaine, que l'Irlande et l'Espagne sortent relativement de cette zone pour repasser à une solvabilité en hausse (ce qui n'exclut pas de lourds défis). Celle de la Grèce continue de diminuer, le rapport a des mots très durs (que ne se prive pas de reprendre le journal conservateur Die Welt). Les données ne sont pas disponibles pour Chypre mais les données étaient mauvaises en 2012 et je ne les vois pas s'améliorer.

 

C'est une étude parmi d'autres qui souffre de limitations mais elle permet d'essayer de déceler prudemment certaines tendances et d'introduire un acteur important dans la détermination de la politique économique allemande.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents