Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Chypre : Le parti démocrate quitte la coalition (MàJ : Rejet du plan de privatisations)

Publié par Kiergaard sur 27 Février 2014, 20:55pm

Catégories : #Géopolitique-International

Chypre : Le parti démocrate quitte la coalition (MàJ : Rejet du plan de privatisations)

Le comité central du parti démocrate (DIKO) a approuvé la proposition de quitter la coalition au pouvoir à Chypre. La scission intervient sur fond de désaccords quant aux discussions menées actuellement entre Chypre et la Turquie. Cela ne devrait pas avoir de conséquences quant à l'adoption des mesures d'austérité et de privatisation exigées de Chypre par ses créanciers internationaux.

 

Mise à jour : Bien que je ne connaisse pas les tenants et aboutissants du vote, le Parlement chypriote a rejeté le plan de privatisations du gouvernement (25 pour - 25 contre - 5 abstentions). On peut penser que les quelques voix perdues dans le parti démocrate ont joué, de même que les récentes mobilisations de la population. L'hypothèse d'un plan de privatisations légèrement amendé soit accepté est néanmoins forte. Cette situation pourrait néanmoins retarder la prochaine tranche "d'aide" des créanciers internationaux.

À 97 voix contre 81, le comité central du parti démocrate a approuvé une proposition, émise 1 semaine plus tôt, de quitter la coalition rapporte le Cyprus Mail. Cette décision est intervenue en raison d'un désaccord survenu à propos des discussions menées entre Chypre et la Turquie qui pose les jalons d'une future réunification de l'île. 

Parmi les conséquences prévisibles d'une telle décision on peut citer, la démission des 4 ministres (sur 11) du parti démocrate du gouvernement (dont le ministre de la Défense et de l'Énergie) ainsi que la démission de 3 présidents d'agences gouvernementales. 

Bien que, cela fasse perdre au gouvernement Anastasiades sa majorité au Parlement chypriote, les choses ne sont pas si catastrophiques qu'on pourrait le penser pour le gouvernement. En effet, certains observateurs soutiennent que cela pourrait permettre à Anastasiades d'avancer plus vite sur la question des négociations avec les autorités turques, il n'aurait plus à tenir compte des avis de certains membres de sa coalition.

Sur le plan économique, on voit mal comment le parti démocrate pourrait voter en défaveur de textes qu'il a précédemment défendu dans la coalition et qu'il voit comme le seul moyen de sortir Chypre de la crise. Cité par Bloomberg, le président du Cyprus Institute of Management, ne voit "aucun souci pour l'ensemble du programme" de réformes chypriote. Bien que le parti démocrate ait des réticences sur le programme de privatisation actuellement en discussion, il considère que les prêts des créanciers internationaux sont le seul moyen d'avancer pour Chypre. 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents