Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Publication de l'Eurobaromètre Standard (Décembre 2013) - Synthèse

Publié par Kiergaard sur 20 Décembre 2013, 13:37pm

Catégories : #Sociologie-Démographie, #Politique

L'Eurobaromètre Standard (80) a été publié aujourd'hui, cette vaste enquête d'opinion permet de cerner la perception que les habitants des divers états européens ont des questions touchant à l'Europe, à l'économie et à la politique. Si le rapport actuel contient des évolutions marginales par rapport à celui du printemps, nous verrons que cela n'empêche pas la Commission de parler de regain de confiance dans la reprise économique.

 

L'Eurobaromètre standard a été créé en 1973. Chaque enquête est constitué d'environ 1000 interviews en face-à-face par pays. Le rapport publié aujourd'hui "expose la perception qu’ont les Européens de la situation économique actuelle et leurs préoccupations pour l’avenir, ainsi que leurs opinions sur la crise et la stratégie Europe 2020".

Pour rappel je joins l'article que j'avais rédigé en juillet suite à la publication de l'Eurobaromètre Standard (79). Voici quelques enseignements de l'Eurobaromètre 80 (les variations sont celles par rapport à l'enquête de Juillet - terrain mai)

L'Opinion Publique dans l'UE (Eurobaromètre 80)
Annexes

 

  1. En moyenne, la confiance des européens dans les institutions politiques est particulièrement basse : 31% pour l'UE (stable) 25% pour les parlements nationaux (-1 point) 23% pour les gouvernements (-2 points). Alors que la confiance dans les médias est relativement élevée, quand on arrive à la politique c'est une catastrophe :
    - 82% des européens n'ont plutôt pas confiance dans les partis politiques (89% en France)
    - 72% des européens n'ont plutôt pas confiance dans leur gouvernement (82% en France (+9) [La Palme revient à l'Espagne 89% d'insatisfaits et à l'Italie (moins d'insatisfaits mais seulement 10% de satisfaits]
    - C'est en France que la part de personnes qui n'ont plutôt pas confiance dans l'UE a augmenté le plus par rapport à la dernière enquête (+6 à 63% contre -6 et 28% de personnes qui ont plutôt confiance).

    (cf Annexes page 27-35)
    - L'image de l'UE progresse d'un point en moyenne. Mais les détails par pays des réponses à la question : "Que représente l'UE pour vous personnellement est particulièrement intéressant" (Annexes pages 37-38)

     
  2. L'optimisme sur le futur de l'UE progresse de 2 points (51) contre une baisse de 3 points pour les pessimistes (43). La hausse concerne les personnes plutôt optimiste. L'optimisme a reculé en France (-4) mais également en Italie (-4), en Autriche et en Grèce (marginalement)
     
  3. Les préoccupations nationale ("À votre avis quels sont les deux problèmes les plus importants auxquels doit faire face (votre pays) actuellement" ) des européens restent (le chômage (49%), la situation économique (33%), la hausse des prix et l'inflation (20%). En cette période de budget et à une période où l'affaire de Lampedusa était dans les esprit, les impôts et l'immigration gagnent 2 points. Les résultats nationaux sont particulièrement intéressants (Annexes page 14-15). Les problèmes auxquels les répondants font personnellement face également (c'est majoritairement la hausse des prix et l'inflation (perçeption d'une baisse de pouvoir d'achat très forte) (Annexes page 16-17)

     
  4. 68% des européens estiment que la situation économique de leur pays est mauvaise (-4). La disparité est forte : 82% de positif en Allemagne // 7% en France. Le sentiment pour les 12 prochains mois reste majoritairement une stagnation, plus de personnes voient un déclin au niveau national qu'une amélioration (déclin envisagé en France)
     
  5. Le soutien en faveur d'une Union Économique et Monétaire avec une seule monnaie l'Euro augmente marginalement d'1 point à 52% de pour face à 41% de contre (page 29 du rapport pour les résultats nationaux - en gros soutien pour les états qui ont l'euro, rejet pour ceux qui ne l'ont pas : 32% de contre et 63% de pour en France)
     
  6. 50% des européens estiment que le pire est encore à venir concernant l'impact de la crise sur l'emploi (-5) contre 40% qui estiment que l'impact a atteint son apogée (+4) [66% voient les choses empirer en France contre 29% qui voient une légère amélioration] (page 31)
     
  7. L'UE et le gouvernement national sont les deux acteurs qui peuvent le mieux agir face à la crise (22% chacun).
     
  8. Concernant la perception des objectifs de la stratégie Europe 2020, je renvoie à leur lecture mais j'estime que l'interrogation sur le fait de savoir s'ils sont "comme il faut" - "trop ambitieux" ou "trop modeste" ne répond pas à la question de savoir si ils sont perçus comme atteignables ou non.
     
  9. Une majorité de citoyens nationaux (59% // -3 cependant) se sent citoyen de l'Union Européenne (40% répondent non // +3) : Avec de profondes disparités. J'estime que cette question joue assez sur un biais qui consiste spontanément à se considérer comme lié à une certaine communauté de destin (surtout en période de crise) ou simplement à se considérer comme "européens" au sens géographique du terme.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents