Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


OMC : Un accord "historique" à relativiser

Publié par Kiergaard sur 7 Décembre 2013, 11:06am

Catégories : #Actualité économique et financière

Paradoxalement, c'est la qualification d'accord "historique" pour un accord aussi peu ambitieux par rapport aux objectifs initiaux qui conduit à relativiser la portée de l'accord conclu cette nuit à Bali. Objectifs initiaux revus à la baisse, portée incertaine, incapacité de l'organisation à s'affirmer réellement, contexte de crise, etc... autant d'éléments qui conduisent à remettre en cause la portée de cet accord.

Je la fait courte :

- Accord ne portant que sur "environ" 10% des projets mis sur la table il y a 10 ans à l'ouverture des négociations. "Nous sommes passés de 'Doha', à 'Doha Light', à 'Doha Light décaféiné'», ironise Simon Evenett" (que les journalistes aiment bien interviewer apparemment)

- Chiffres d'emplois (21 millions) et de croissance de l'économie mondiale (1 trilliard selon les projections de l'Institut Peterson) invérifiables comme dans tous les projets de ce type.

- Absence de protestations liées à la focalisation sur des projets bilatéraux ou multilatéraux (Partenariat Transpacfique - Accord de Libre Échange Transatlantique) qui témoigne d'une certaine indifférence vis à vis de l'institution qui jouait ni plus ni rien que sa "survie" selon les propres mots de la ministre du Commerce Extérieur. Selon la note du CEPII (citée plus loin) : "Le bénéfice d’un accord à Bali serait ainsi purement conservatoire : un échec disqualifierait durablement l’OMC en tant que lieu d’élaboration des règles commerciales."

- Dispositions paradoxales (notamment sur la sécurité alimentaire) : "Beyond papering over a serious dispute on food security, precious little was progress was made at Bali," said Simon Evenett, professor of international trade at the University of St Gallen in Switzerland. "Dealing with the fracas on food security sucked the oxygen out of the rest of the talks."

"The food security fix is something out of 1984, George Orwell would be proud. The food security text is so contradictory that there must be an informal understanding among the big players as to what it really means."

- Les enjeux qui étaient clairement relevés dans cette note du CEPII montrent d'autres limites qu'il faut prendre en compte : "En somme, même si les modalités techniques des différents points de négociation sont complexes et les engagements correspondants âprement discutés, les questions qui seront abordées à Bali restent d’une importance secondaire au regard des défis auxquels le système commercial multilatéral est confronté." [...] "Les modalités actuelles de négociation ne permettent pas de poser les bases du "marchandage" entre grands émergents et pays développés, seul à même de former le socle d’un accord global. Le traitement spécial et différencié accordé aux pays en développement reste par essence ternaire, organisé autour d’obligations différentes pour les PMA, les autres pays en développement et les pays riches. Ce système s’avère inadapté à la nouvelle puissance économique et commerciale des grands pays émergents." [...] "Le problème de l’OMC est que les principaux protagonistes de cette nouvelle réalité du commerce international – firmes multinationales et pays émergents insérés dans leurs chaînes de valeur – ont assez peu besoin d’une organisation multilatérale pour avancer." [...] "Un accord à Bali constituerait à l’évidence un succès pour Roberto Azevêdo, trois mois à peine après sa prise de fonction. Paradoxalement, s’il n’était pas annonciateur de réformes plus profondes, un tel accord pourrait surtout permettre de se débarrasser à bon compte d’une négociation multilatérale devenue encombrante pour beaucoup ; il entérinerait alors l’incapacité de l’Organisation à traiter les sujets qui importent aujourd’hui pour le commerce international."

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents