Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


La CIA a aidé de manière clandestine la Colombie dans sa campagne contre les FARC

Publié par Kiergaard sur 22 Décembre 2013, 14:36pm

Catégories : #Géopolitique-International

La CIA a aidé de manière clandestine la Colombie dans sa campagne contre les FARC

Le Washington Post révèle suite à une longue enquête l'opération clandestine que la CIA a menée pour aider le gouvernement colombien à tuer plus d'une vingtaine de leader des FARC.

 

L'enquête du Washington Post permet d'expliquer la récente perte d'influence des FARC en Colombie, alors qu'ils étaient considérés une des insurrections les mieux organisées et puissantes il y a quelques années. À la demande du gouvernement colombien, la CIA et la NSA ont fourni à la Colombie, les outils nécessaires pour frapper les FARC en plein cœur en ciblant ses leaders et généraux. Cette aide a été fournie pour un budget de 2 milliards de dollars qui n'apparaît pas au budget public de la CIA pour l'aide à la Colombie, elle a donc été fournie à travers une opération couverte.
Celle ci a principalement pris la forme d'un partage d'informations, de données d'écoute recueillies par la NSA, et de méthodes GPS permettant de transformer les bombardements de l'armée colombienne en "bombes intelligentes" à même d'atteindre leur cible avec une précision diabolique.

Pour éviter que les bombes fournies soient mal utilisées, la CIA disposait seule des clés permettant d'activer le système GPS de pointe et les autorités colombiennes devaient demander l'autorisation à la CIA pour lancer les opérations.

Un des gros coups a été l'assassinat de Raul Reyes (leader des FARC) en 2008 effectuée sur le territoire de l'Équateur selon le même raisonnement que ce qui autorise le programme de drones au Pakistan et au Yémen. Pour prendre des précautions légales, l'avion et le pilote colombien ont largué la bombe dans l'espace colombien, puis la CIA a pris le relais pour guider sa bombe sur le territoire de l'Équateur. Cette opération a crée une grave crise diplomatique en Amérique Latine sans pour autant avoir de trop graves conséquences dans les relations entre États-Unis et Colombie.

L'opération a été autorisée par le gouvernement Bush et a été reconduite sous l'administration Obama. Les questions légales ont été rapidement évacuées en appliquant les mêmes principes qu'avec Al-Qaïda, un assassinat n'était pas illégal dans la mesure où il posait une menace à la sécurité nationale de la Colombie. L'implication des États-Unis était légale dans la mesure où les trafics de drogue menaçaient la sécurité nationale américaine (en substance), comme sous Reagan.

Actuellement; sous la présidence Santos (ancien ministre de la Défense d'Alvaro Uribe), les frappes sont de plus en plus intenses (plus uniquement sur les leaders). Les FARC snt sous constante pression, ne dorment jamais plus de deux jours au même endroit, le gouvernement colombien a récemment repoussé un cessez-le-feu de 30 jours. Certains craignent que ces assassinats et ses frappes ne soient pas accompagnées de mouvements de l'armée pour sécuriser les zones (en bref, qu'il y ait une certaine accoutumance à se contenter de bombarder facilement sans se soucier du moyen et du long terme).

 

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents