Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Boston Globe : Enquête saisissante sur les frères Tsarnaev (synthèse)

Publié par Kiergaard sur 16 Décembre 2013, 20:10pm

Catégories : #USA

Boston Globe : Enquête saisissante sur les frères Tsarnaev (synthèse)

Le Boston Globe a mené une vaste enquête sur les frères Tsarnaev accusés d'être les responsables de l'attentat de Boston qui avait fait 3 morts et plus de 200 blessés.

 

  • Le cadet des deux frères Dzhokhar (ou Djokhar - Johar dans l'article original) est actuellement en cours de procès tandis que l'ainé Tamerlan a succombé à ses blessures lors d'une course poursuite avec la police qui conduira à l'arrestation de son frère le lendemain (arrestation controversée de Dzhokar, étant déclaré grièvement blessé puis incapable de s'exprimer alors que certaines images ne le montraient pas blessé au moment de son arrestation).
     
  • L'enquête du Boston Globe est structurée en 15 chapitres (8 pour Tamerlan et 7 pour Dzhokhar). (Voici la version française traduite automatiquement).

 

Parmi les enseignements principaux (en vrac, mes excuses, c'est un long texte et je m'applique à faire ressortir correctement les choses mais il est délicat à synthétiser deux portraits croisés) :

- Le contexte familial est très important pour cerner leur personnalité. Il apparaît que la famille est venue aux États-Unis, non pas en tant que demandeurs d'asile, mais parce que le père des enfants s'étaient retiré du milieu mafieux et souhaitait recommencer une nouvelle vie ailleurs. Mais le nouveau départ a été chaotique, les membres de la famille ont tous eu à voir de près ou de loin avec la police locale et la famille semblait avoir "implosé". Dans sa jeunesse il s'est converti à une islam assez "lâche" sur les conseils de sa mère qui voulait qu'il s'abstienne de fumer et de boire. Qui est devenu plus fervent au fur et à mesure que la famille semblait rencontrer des difficultés.

 

  • Tamerlan Tsarnaev a commencé à entendre des voix étant jeune, il s'en est inquiété mais sans passer d'examens. Au fur et à mesure qu'il a grandi, les voix sont devenues plus autoritaires dans sa tête, ainsi qu'il l'a rapporté à des proches à de nombreuses reprises. Cet élémént, inconnu jusque la, jette le trouble.

    - Le journal affirme même qu'alors que les fédéraux ont suspecté que son geste soit motivé (directement ou indirectement) par des jihadistes bien réels, leur enquête montre qu'il était la proie de quelqu'un de beaucoup plus dangereux, "lui-même" et ces voix.

    - Voix qui se faisaient autoritaires, combinées à un traumatisme cranien lié à la boxe et à la consommation de marijuana (selon sa mère pour la marijuana). Certaines illusions perdues au niveau de la boxe (où il était plus que prometteur) l'auraient conduit sur une pente glissante. À cette époque, il estimait pour lui même que les attentats du 11 septembre n'avaient rien à voir avec les terroristes (étrange pour quelqu'un accusé ensuite d'être un islamiste radical...).

    - Cette pente glissante a conduit sa mère à le rapprocher de la religion. Mais c'était sa mère qui était plus sérieuse avec la question que Tamerlan (ce que son oncle Ruslan a formellement désapprouvé). Tamerlan aurait été terriblement marqué par une forme "d'injustice" dans le milieu de la boxe. Un changement de règles dans un tournoi qu'il avait remporté l'a empêché de défendre son titre et de se présenter à un tournoi qui aurait pu le mener au Jeux Olympiques, c'est un tournant... Il a cependant déclaré à ses camarades que cela ne menait à rien de se mettre en colère et que la colère "empoisonnait".


    - Ses espoirs brisés, beaucoup de temps libre à rester sur son ordinateur, une agression de son père à Boston, les troubles résultants pour son père (cauchemards, cris nocturnes, paranoïa, problèmes d'estomac), les difficultés économiques de la famille car son père ne pouvait plus réellement travailler l'ont sans doute beaucoup marqué. Sa mère subvenait alors aux besoins de la famille mais sa ferveur commençait à déranger autour d'elle.

    - Il a rencontré une jeune femme (ni musulmane ni tchétchène) et est parti vivre avec elle, ce qui a posé de grands problèmes dans sa famille pour sa mère (pratiquante) et son père (attaché aux traditions tchétchènes). Néanmoins l'arrivée d'un enfant et la conversion de sa femme a apaisé les tensions. Ils se sont mariés en 2010.

    - Il avait du temps libre car c'était lui qui s'occupait de l'enfant pendant que sa femme travaillait, il soutenait également un américain converti à l'islam atteint d'une infirmité physique (Donald Larking) avec qui ils échangeaient sur la politique. L'opposition de Tamerlan à la politique étrangère américaine était forte (il n'y a pas que lui...). Il a confié son "secret" à cet homme, les voix dans sa tête : “He believed in majestic mind control, which is a way of breaking down a person and creating an alternative personality with which they must coexist,” explained Larking. “You can give a signal, a phrase or a gesture, and bring out the alternate personality and make them do things. Tamerlan thought someone might have done that to him.” // "La personne à l'intérieur de lui voulait le contrôler et lui faire faire quelque chose"

    - En 2011, les parents Anzor et Zubeidat divorcent et son père retourne au Daghestan, ses désirs brisés et dans une situation très difficile.


    - La foi de Tamerlan s'est fait plus profonde et cela se ressentait dans ses activités sur intenet.

    - Il a néanmoins été impliqué indirectement (ou directement selon les témoignages) dans une affaire où trois de ses connaissances ont été tuées dans une affaire liées à la drogue. Mais cela n'a débouché sur rien et est "un trou noir de sa biographie". Ses camarades déclarent qu'il avait sincèrement l'air triste pour ses amis et il a déclaré qu'ils ont fréquenté les mauvaises personnes. Il a ensuite projeté une visite au Daghestan pour rendre visite aux membres de sa famille.

    - Lors de sa visite, où il voulait se plonger dans sa foi il s'est trouvé confronté à une renaissance islamique dans la région et à des troubles liés aux islamistes radicaux. Tamerlan a rejoint une association qui luttait contre les violations des droits de l'homme infligées aux musulmans tout en refusant la violence. Il était désireux d'approfondir sa fois sans tomber dans la violence, ce qui ne l'empêchait pas d'être très critique sur la politique américaine : "He was mostly a listener, a searcher, he was looking for answers" d'après un des membres du groupes. Malheureusement pour lui, il n'a pas réussi à s'intégrer réellement dans la communauté musulmane de la région en raison d'un style et d'attitude qui n'étaient pas en vogue dans cette région. Après avoir eu du mal à s'adapter aux États-Unis, il a désormais eu du mal à s'intégrer dans cette communauté bien qu'il y ait passé des moments qui semblent joyeux. "Il n'a pas essayé de s'adapter selon certains". Il aurait commencé à prier dans une mosquée fréquenté par certains salafistes ce qui a alimenté les soupçons et à conduit les autorités russes à soutenir qu'il avait pu être recruté par un groupe islamiste et que cela avait pu être le but de son voyage. Cela est mis en doute par les personnes qu'il fréquentait et par certains analystes russes. Il n'aurait pas pu le faire sans attirer l'attention déjà qu'il tranchait avec les musulmans de la région. Si les russes l'avaient repéré il aurait été appréhendé ou tou du moins interrogé ou suivi par les autorités selon des experts. Bien qu'il y ait eu un débat sur une éventuelle rencontre avec des noms connus de l'islamisme radical dans la région, l'enquête du Boston Globe, des interviews avec des membres de l'association qu'il fréquentaient et le compte rendu d'une audition menée par le FBI auprès de ses amis ne le relient jamais à ces noms.
    "L'enquête jette le doute sur le fait que Tamerlan ait été recruté par des réseaux islamistes dans le Daghestan russe".

    -“They were looking for just one thing; to find an explanation for why a person coming from Dagestan would start setting off explosions in the US,” Magomedov said. “As far as some sort of proof, no, there was absolutely none.Tamerlan, he added, left Dagestan promising to come back.

    - Quand il est revenu aux États-Unis, il avait pleinement embrassé la religion et cela se ressentait dans ses attitudes. Il parlait beaucoup avec des personnes en russe au téléphone et sa critique de la politique américaine avait "augmenté de plusieurs crans" et il pestait souvent contre les musulmans morts à cause des ingérences américaines. Il s'est montré beaucoup plus sensible aux entorses à la foi qu'il décelait à la mosquée ou avec d'autres musulmans. Il était plus sévère avec son ami Donald Larking, la dernière fois qu'ils se sont vus Tamerlan a mentionné les voix dans sa tête et il "semblait avoir peur" :
    "Il a dit,« Quelqu'un est dans mon cerveau, me disant des choses à faire, "a rappelé Larking. "Il a dit qu'il essayait de l'ignorer, mais il était difficile de faire. Quoi qu'il en soit, il était dit de faire, il ne voulait pas le faire".

    - La famille Tsarnaev a ensuite perdu son appartement "depuis longtemps vidé des espoirs et ambitions de la famille". Il a ensuite lancé un compte Youtube dans lequel il postait des vidéos virulentes. Il se serait intéressé, avec son frère, à certaines choses (fabrication de bombes etc...)
     
  • Les frères étaient "héritiers d'une forme de violence, de dysfonctionnement" qui avait cours dans la famille suite au passé du père notamment qui avaient subi des attaques traumatisantes en Russie et à Boston. Mais également des mariages arrangés de ses soeurs qui avaient mal fini, d'espoirs brisés, d'une difficulté à s'adapter dans le pays etc...

 

  • De son côté Dzhokhar semblait laissé de côté par sa famille, il était très proche de son frère qui était "plus un mentor qu'un ami". Ses parents qui lui avaient néanmoins dévolu le rôle de cerveau de la famille, sans jamais le soutenir toutefois.

    - Il avait "un coeur en or" selon l'une de ses professeures. C'est son frère qui l'a initié à l'Islam en le moralisant un peu. Il a éprouvé une curiosité pour la foi, il était sérieux mais n'oubliait pas de s'amuser. Quand il s'est retrouvé comme seul enfant à la maison, il a poursuivi ses études et a même réussi à remporter un trophée en lutte.


    - Malgré un gros travail pour la lutte et des capacités intellectuelles, il n'a pas pu mener à bien ce qu'il voulait et il a commencé à dériver. Leader d'un trafic de drogue, au lycée, il fumait, mais jamais au point d'en oublier ses obligations scolaires ou la lutte. Il était le leader d'un groupe très hétérogène d'amis, il était débrouillard, savait prendre des risques et déméler certaines situations compliquées pour ses amis grâce à son anglais impeccable qui était un atout avec les policiers. Cela lui permettait de ne pas avoir trop de problèmes malgré des rapports réguliers avec la police pour de petites infractions (drogue, nuisances sonores etc...). Son casier avec l'université était vierge.

    - Ses études ne sont plus devenues une priorité, il aurait commencé à gagner plus d'argent et un sentiment d'invincibilité se serait emparé de lui. Il aurait caché ses échecs derrière la bravade. Il aurait eu du mal à s'adapter à l'université, ses notes ont commencé à tomber. Ses amis disent qu'ils ne se plaignaient pas de soucis personnels pourtant hormis des troubles du sommeil et des cauchermars.

    - Après avoir assisté au marathon de Boston avec des amis en 2012, en tant que supporter joyeux et échoué pour son année universitaire, il retourne à la maison familiale pour un été "étouffant" (parents divorcés, père absent, frère de retour du Daghestan avec une nouvelle attitude). Il était accompagné d'un de ses amis qui avait des problèmes avec ses parents. Il a déclaré ne jamais avoir remarqué quoi que ce soit de suspect chez les deux frères (dont le rythme de vie les avait éloigné) hormis deux armes (courant) et le fait que Tamerlan était absorbé par l'ordinateur (sans savoir ce qu'il y faisait). Tamerlan et Dzhokhar regardaient parfois ensemble des sites musulmans ou politisés mais par simple curiosité selon l'ami de Dzhokar. Durant un film abordant la Tchétchénie, il aurait fait remarquer à son ami que le monde occidental pensait qu'ils étaient des terroristes.

    - Tamerlan était le chef de famille de fait, il a essayé d'être plus strict avec son frère au niveau des sorties, mais Dzhokhar savait répondre.


    - À la rentrée il s'est retrouvé beaucoup plus seul sur le campus de UMass Dartmouth, mais il retrouvait une autonomie qui lui manquait. La famille se disloquait, et malgré son trafic il commençait à avoir des problèmes d'argent. Ses notes étaient mauvaises mais il s'en cachait et il n'a pas été sanctionné pour cela ce qui, selon un professeur, a pu le conforter dans son sentiment d'invulnérabilité.

    - Il a eu du mal à se gérer, a perdu sa cohésion, certains évoquent la perte de l'équipe de lutte quand il a quitté le lycée, qui l'aurait énormément marqué. L'article évoque que ses pensées prenaient un tour plus sombre et politiquement plus radical et son frère a pu être un point de chute pour lui, il passait plus de temps avec son frère. Ils auraient, selon la police, commencé certains préparatifs qui laissaient présager le pire (télécharger des publications radicales, acheter certains équipements, se sont entrainés au tir).

    - Après l'attentat, il s'est retrouvé seul face aux accusations et seuls les enquêteurs qui l'ont interrogé savent ce qu'il leur a écrit. Lors de sa première audition, il s'est exprimé avec un fort accent russe (lui qui sait si bien s'exprimer) pour plaider "Non coupable".

     
  • "Pris ensemble, ces résultats suggèrent que la motivation des actes violents des frères Tsarnaev est plus probablement à enracinée dans l'effondrement turbulent de leur famille et de l'escalade de leurs échecs personnels et collectif que, comme les enquêteurs fédéraux l'ont suggéré, qu'à rechercher de l'autre côté du globe. [...] Si les "ferventes prières musulmanes" ont pu jouer, le journal affirme néanmoins qu'ils rejoignent plutôt les "meurtriers du cru" effectuant une comparaison avec l'attentat d'Oklahoma City.

 

 

Le décès de son frère ne permettra jamais de connaître le secret des voix qu'il entendait. L'ascendant qu'il a pu (ou pas) avoir sur son frère. Le fait que Tamerlan entendait des voix, de la même manière que Aaron Alexis va alimenter les rumeurs et les suspicions. En tout les cas, cette enquête du Boston Globe permet de dresser le portrait le plus fiable que l'on puisse avoir aujourd'hui sur la personnalité des deux frères.

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents