Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Les négociations entre la Grèce et la Troïka sont actuellement en cours (synthèse)

Publié par Kiergaard sur 6 Novembre 2013, 13:27pm

Catégories : #Actualité économique et financière

Les envoyés de la Troïka (FMI-Commission Européenne-BCE) sont actuellement à Athènes pour négocier avec le gouvernement grec le déblocage de la prochaine tranche d'"aide". Les envoyés de la Troïka semblent avoir fait état des demandes suivantes selon la presse :

  • Une baisse de 3.9% des cotisations sociales payés par les employeurs a été réclamée par les envoyés. Le ministre grec des Finances ne serait pas particulièrement emballés par l'idée dans la mesure où de nombreuses entreprises ne payent tout simplement pas (ou plus) leurs cotisations sociales et que la sécurité sociale grecque manque déjà d'argent.
  • Quelques données positives sur les rentrées de recettes provisoires en octobre (pour contrebalancer les horribles données de septembre...) semblent être l'argument du gouvernement grec pour négocier avec la Troïka... C'est ce qui est affiché en tout cas.
  • Il est également demandé à la Grèce de fermer ou de restructurer l'entreprise publique de défense EAS (Hellenic Defense Systems) (ce qui permettra de vendre un peu plus d'armes à la Grèce d'ailleurs...).
  • De plus, le Premier ministre a affirmé que la Grèce n'était pas en guerre avec la Troïka, que les plans avaient été négociés et qu'ils avaient montré certains résultats...
  • Le ministre délégué à la radio et télévision publique a affirmé qu'il espérait que les demandes de la Troïka ne fragiliserait pas la sortie de récession grecque (??!)

Au titre des éléments traduisant le contexte social actuel :

  • Les envoyés de la Troïka ont du sortir du ministère des finances par la sortie de secours en raison de la manifestation des employés du ministère qui refusaient le "plan de mobilité" qui leur avait été proposé !
  • Des projectiles ont été lancés sur l'un des envoyés (qui ont frappés sa voiture), ce qui a conduit à une interpellation.
  • Le pays était en grève générale pour quelques heures pour protester contre la gestion de la crise par le gouvernement et la Troïka.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents