Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Arabie Saoudite : Près d'un million de migrants ont quitté le royaume en 2013

Publié par Kiergaard sur 11 Novembre 2013, 13:45pm

Catégories : #Actualité économique et financière

Contexte :

- Il y a deux ans, la "Nitaqat-Law" oblige les entreprises saoudienne a embauché entre 5 et 30% de leurs employés parmi la population saoudienne, sur fond de tensions liées au printemps arabe.
- Conséquence directe, depuis le début d'année, le Royaume a décidé de réduire drastiquement le nombre de migrants dans le pays sur fond d'augmentation du taux de chômage, et d'épuisement du modèle rentier pour subvenir aux besoins d'une population qui augmente rapidement et qui est très jeune.
- Le nombre d'étrangers est estimé à 9 millions en Arabie Saoudite (soit 30% des 28 millions d'habitants), ils représentent près de 80% de la population active saoudienne (une très large partie de la population a moins de 20 ans et le choix d'un modèle rentier explique cela). Ces étrangers qui disposent de droits très restreints constituent la main-d’œuvre principale du Royaume, et de ses nombreux hommes d'affaires.
- Le Royaume a décidé de concentrer ses efforts sur la "traque" aux étrangers en situation irrégulière (environ 2 000 000 de clandestins dans le pays, mais cela concerne quasiment tous les étrangers du Royaume au vu des conditions requises pour être en situation régulière (détention d'un visa iqama impliquant un sponsor ou un lien avec une entreprise du royaume ainsi que divers documents))...
- L'objectif est de réduire la population étrangère du Royaume à 20% (contre 35 à 40% actuellement)...

- Selon les officiels saoudiens, depuis le début de l'année près d'un million de personnes ont quitté le Royaume, ce qui paralyse pour l'instant la situation économique du Royaume... Certains experts estiment qu'à terme la situation sera meilleure pour le Royaume (quand on raisonne en termes d'agrégats sans voir les conséquences pour les économies des pays vers lesquels les migrants devront partir c'est sur...). Néanmoins, le risque pour les pays d'origine des migrants (Inde, Bangladesh et corne de l'Afrique notamment) est très important, et la gestion des flux de migrants qui retournent au pays va être très complexe.

Développements récents :

- Si la situation est présentée dans les médias comme une traque contre les immigrés illégaux, il faut se souvenir que cette immigration "illégale" a été souhaitée par le Royaume jusqu'à ces dernières années.
- Alors qu'au début d'année près de 200 000 migrants avaient été expulsés, le Roi avait laissé un délai de trois mois (qui a été reconduit une fois) pour que les migrants puissent régularisés leur situation, mais cela a été très difficile pour eux dans le contexte économique actuel, et à cause des lois passés l'année précédente.
- Le délai a expiré il y a une semaine et une vaste campagne de répression, nourrie d'une hostilité latente de la population locale a conduit à de violentes émeutes qui ont causés la mort de plusieurs personnes et à de nombreux blessés.
- Des centaines de milliers de personnes sont actuellement en train de quitter le Royaume dans ce contexte, des bus étant mis à disposition vers des centres jusqu'à ce que les procédures d'expulsion soient effectuées (on se doute que cela ne doit pas être fait dans des conditions très respectueuses des droits des étrangers mais peu d'informations filtrent).
- "Le ministère du Travail a appelé les immigrés illégaux à faire les démarches nécessaires pour régulariser leur situation ou «assumer les conséquences de leur retard». Les contrevenants risquent une peine allant jusqu’à 2 ans de prison et une amende de 100.000 riyals (27.000 dollars)."
- "Conséquences immédiates de cette campagne de répression, des boutiques de Batha, un quartier de Riyad à forte population étrangère, ont été obligées de baisser leur rideau, les ordures s’entassent dans les rues de la capitale, devant les écoles.

On note aussi une pénurie d’enseignantes dans les écoles privées, et pour cause ! Condamnées à ne pas conduire, les femmes ne peuvent plus se déplacer faute de chauffeurs. La main-d’œuvre bon marché a déserté les chantiers, qui tournent désormais au ralenti." (AFP)
- Au total, ce sont près de 4 000 000 de personnes qui sont actuellement menacées directement ou indirectement (en cas de changement de situation) d'expulsions. Ceci dans la mesure où les officiels saoudiens ont annoncé que près de 4 000 000 de personnes avaient une situation régulière, ou avaient pu régulariser leur situation...
- En attendant, la situation est officiellement sous contrôle... mais certains soulèvent des questions sur ce changement de paradigme socio-économique brutal. Les saoudiens sont-ils actuellement prêt à assumer la charge de travail bas de gamme effectué jusqu'ici par les migrants ? Même si on ne doute pas que les rentes permettent des salaires plus élevés si des saoudiens prennent le relais.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents