Points de vue alternatifs

Analyse et veille des médias internationaux : géopolitique, économie, numérique...


Leonarda : Maelstrom médiatique, indigence politique, saturation totale

Publié par Kiergaard sur 20 Octobre 2013, 17:40pm

Catégories : #Politique

Leonarda : Maelstrom médiatique, indigence politique, saturation totale
  • Certains faits réussissent à concentrer la quintessence de tous les ressorts de fonctionnement du système qu'ils en viennent à jeter une lumière crue (aveuglante serait plus juste) sur la manière dont les choses fonctionnent.
  • On pourrait qualifier ces faits d' anti-faits et de "systémiques" (oui anti-faits systémiques) tant ils épousent à la perfection le cahier des charges permettant l'expression la plus "déchaînée" et sans aucune retenue de toutes les composantes du système (médias, politique, affects...). Le cas Léonarda Dibrani est particulièrement relevant...
  • Nous partons d'un fait d'une triste banalité : l'expulsion d'une famille dont les recours destinés à obtenir l'asile politique en France sont rejetés. Je pose tout d'abord la question : Aurions-nous entendu parler de Leonarda si l'expulsion s'était passé "normalement" ? La réponse est non.
    Certaines personnes auraient peut être dénoncé l'expulsion de manière générale mais c'est tout.
  • Quel est donc ce cahier des charges incroyablement chargé ?
  1. Contexte de l'expulsion qui implique la présence d'enfants (Pensez donc aux enfants !) dont on peut limite se demander si le problème avec les expulsions au vu des enfants n'est pas le fait qu'elles soient vues justement.
  2. Le fait permet à chacun d'offrir une posture qui permettra ultérieurement de le faire rentrer dans sa case supposée : Valls sera ferme, Hollande sera flou jusqu'à ce qu'il intervienne et quand il interviendra ce sera pour dire des choses inutiles qui permettront de le critiquer, Copé appellera à un débat sur l'immigration, Fillon se démarquera de Copé tout en critiquant Hollande, Bayrou pourra exister en critiquant Hollande tout en appelant à une réponse européenne. Marine Le Pen affichera ce qu'on appellera fermeté mais qui correspondra quasiment à ce qui est contenu dans le rapport de l'inspection de l'administration ce qui amènera à un parallèle avec Valls et légitimera dans certains esprits l'idée que le PS fait monter le FN, tout en légitimant d'autres esprits que Valls n'est pas de gauche, tout en légitimant dans d'autres esprits l'idée que le PS n'est pas de gauche, tout en légitimant dans mon esprit l'idée que tout ceci n'est qu'un incroyable foutoir de gens qui n'ont plus aucune retenu ni aucune modestie et humilité dans l'expression de leurs affects et qui jouent avec les codes médiatiques pour un résultat proche de zéro.
  3. Ces réactions politiques s'inscrivent dans un cadre médiatique qui peut enfin faire ce qu'il fait de mieux sur le même fait : jouer sur l'émotion et être un facteur profondément conservateur. Pas la peine d'expliciter de quelle manière les médias ont joué sur l'émotion et ont surjoué un fait qui arrivera sans doute dans la semaine à venir sans que personne n'en parle. Ils ont été un facteur profondément conservateur en relayant et en amplifiant les postures politiques habituelles. En faisant cela ils cristallisent les affects des personnes qui les regardent de par la saturation d'images, de blabla qu'ils offrent.
  4. Chacun se verra conforté dans ce qu'il pense que ce soit au niveau de ses convictions politiques ou autres, l'afflux d'images, jouer sur l'émotion etc n'est pas propice à la prise de recul et à la réflexion... Chacun aura pu exprimer sans retenue aucune (sur le modèle véhiculé dans et par les médias par ces médias et par nos politiques) ses propres convictions qui épuisent la palette des affects de l'humanisme béat aux clichés les plus absurdes sur les roms en passant par les manifs lycéennes constituées à 95% de personnes qui voulaient sécher les cours et prétexter de l'évènement pour gueuler un peu contre le gouvernement.

Au final ?

Le néant total : la cristallisation des opinions politiques les plus communément conformistes et systématisé depuis le début du quinquennat de Hollande, demander un débat pour que rien ne change, l'intimité d'une famille expulsée totalement exposée, une collégienne mise sous les feux de la rampe et qui retombera dans l'oubli kosovar dès qu'il ne sera plus rentable d'envoyer une vingtaine de journaliste lui faire dire qu'Hollande n'a pas de cœur.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents